Santé et bien-être/Ayurveda

Mincir avec les épices indiennes

Intégrez les épices indiennes dans votre alimentation

Les habitants de l’Inde sont, traditionnellement, sveltes, agiles et en très bonne santé. C’est ce que nous avons pu constater lors de notre voyage au Rajasthan l’année dernière.

Leur régime alimentaire est fortement influencé par la religion, en particulier l’hindouisme. L’hindouisme enseigne la non-violence et le respect égal de tous les êtres vivants.

C’est pourquoi le régime lacto-végétarien est encouragé. Manger de la viande, de la volaille, du poisson ou des œufs est découragé. Les lacto-végétariens consomment par contre des produits laitiers.

À la base du régime alimentaire indien traditionnel se trouvent:

  • le riz et les autres céréales,
  • les lentilles, les pois chiches, les salades de haricots,
  • les légumes et les fruits,
  • le lait fermenté (lassi), avec des épices ou des fruits comme la mangue, le kéfir,
  • les graines (graines de citrouille, de tournesol, de fenouil),
  • les bonnes graisses comme la graisse de noix de coco et l’huile de sésame.

À cela, il faut ajouter, c’est essentiel, les épices comme le curcuma, le fenugrec, la coriandre, le gingembre, le cumin. Elles sont omniprésentes dans les aliments traditionnels, donnant de riches arômes et de puissants bienfaits nutritionnels.

Quels sont leurs bienfaits nutritionnels ?

Le curcuma, qui est une des épices les plus répandues en Inde, est fortement recherché pour ses propriétés anti-inflammatoires, anti-bactériennes et anti-cancer. J’ai déjà parlé du bienfait de ces épices dans mon  blog “Les épices indiennes” du 12 décembre 2017.

La curcumine, qui est un composé chimique naturellement présent dans le curcuma, combat l’inflammation, réduit l’anxiété, améliore l’activité cérébrale et diminue les facteurs de risques cardiovasculaires.

Le fenugrec agit contre le diabète, le gingembre est anti-inflammatoire (arthrite) et aide à la digestion, la coriandre est bonne pour la peau et les os,  le cumin apporte du fer et est antiseptique.

Les nombreuses autres vertus de ces épices font qu’elles sont antioxydantes, anti-inflammatoires et fortifiantes.

Quels sont les secrets de santé de la nourriture indienne?

Les Indiens ne mangent pas de beurre, mais du ghee (prononcer «gui»).

Le ghee est un beurre clarifié, c’est-à-dire un beurre qu’on a fait chauffer à feu très doux afin de séparer les matières grasses des protéines laitières (caséine), du sucre, du lait (lactose) et du petit lait.

Le beurre clarifié a pour intérêt de ne pas brûler, ce qui permet de l’utiliser sans risque en cuisson.

L’absence de lactose et de caséine diminue le risque d’allergie ou d’intolérance (les personnes intolérantes aux produits laitiers ont en général un problème avec le lactose ou la caséine, pas avec la graisse).

Le ghee a un arôme de noisette plus agréable que le beurre. Enfin, il se conserve mieux, et n’a pas besoin d’être mis au frigo.

Les Indiens mangent également du tofu et des petits pois grillés (channa).

Boire du thé

Comme boisson, en plus de l’eau et du lassi (lait fermenté), les Indiens sont grands consommateurs de thé, dont le thé Darjeeling qui est le «champagne“ des thés noirs.

Le Darjeeling pousse dans la région du même nom qui se trouve au Bengale occidental (région de l’inde).

C’est de la même région que provient le thé Oolong, qui est un thé vert de très bonne qualité également.

Il existe d’autres thés de cette qualité et typiquement indiens: l’Assam et le Nilgiri.

Tous sont riches en théaflavine et théarubigine qui réduisent le risque d’accidents vasculaires cérébraux grâce à leurs qualités antioxydantes et ont des vertus anticancer. De plus, le thé noir est riche en tanins anti-inflammatoires qui apaisent le système digestif.

Quels sont les aliments à éviter?

L’obésité et le diabète frappent aussi l’Inde de plein fouet et ce n’est pas pour rien.

L’invasion des boissons sucrées, de la malbouffe à base de céréales raffinées et de sirop de glucose, les huiles raffinées bas de gamme, comme l’huile de soja, de maïs, de tournesol et de pépin de raisin, ainsi que les fast-foods, bien sûr, ont complètement perturbé le métabolisme de centaines de millions d’Indiens.

La maladie est trois fois plus fréquente parmi les Indiens les plus riches que parmi les plus pauvres, dont le régime alimentaire est resté plus traditionnel.

La modération dans la nourriture

Enfin, et ce n’est pas un secret, les Indiens ont toujours su développer leurs vertus spirituelles pour éviter de tomber dans les excès alimentaires.

C’est le facteur principal qui explique leur modération face à la nourriture, et même leur ascèse dans le cas des yogis, ces spécialistes de la méditation de la religion hindoue.

Les yogis doivent en effet pratiquer la «Mitahar» qui est, littéralement, la modération dans la nourriture. Celle-ci ne vient pas toute seule mais à force d’exercices exigeants. Ils sont aussi astreints à la «tapas“ qui est l’austérité, la persistance et la persévérance dans ses objectifs.

Ne culpabilisons pas de ne suivre un régime aussi strict que celui des Hindous. Rien, dans notre société, ne nous aide à le faire. Les structures sociales traditionnelles de l’Inde, connues pour leur rigidité, sont une aide considérable pour respecter des préceptes très exigeants.

Néanmoins, rien ne nous empêche au quotidien de nous inspirer des bonnes règles diététiques indiennes pour introduire dans notre alimentation plus d’épices protectrices et de produits sains. Voici, dans la deuxième partie,  quelques recettes que j’apprécie particulièrement et avec lesquelles vous vous régalerez certainement !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Veuillez lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *